Après de longues semaines, le bout du tunnel confinatoire semble enfin pointer le bout de son nez.

Cependant, cela veut-il dire que la vie reprendra son cours normal ? A priori, non.

Une fois le déconfinement effectué, les 3 scenarii possibles sont les suivants :

  • Le virus continue peu à peu à disparaître et il n’y a pas de seconde vague de contamination

Quoi qu’il en soit, les mesures de précaution et de surveillance seront appliquées durant plusieurs mois afin d’éviter une résurgence du virus en cas de « saisonnalité » de cette affection, puis la société retrouvera son fonctionnement « normal ».

  • Le virus continue peu à peu à disparaitre … et revient durant l’automne

Les mêmes mesures de précaution et de surveillance seront appliquées, et on se dirigera vers une alternance confinement / déconfinement contrôlés jusqu’à la mise en place de traitements efficaces et/ou d’un vaccin.

Dans ce cas, ces périodes devraient être beaucoup moins restrictives que celles que nous venons de vivre car les infrastructures de santé, les équipements de première nécessité (masques, produits désinfectants) ainsi que les procédures de régulation de la propagation du virus développées depuis le début de la crise (télétravail, cours en ligne, chômage partiel, gestes barrières) empêcheront toute nouvelle vague hypothétique d’avoir l’ampleur de celle que nous avons vécue ces derniers mois.

  • Le virus recommence à se propager dès le début du déconfinement

Dans cette hypothèse, on se retrouve à peu près dans le même cas que le scenario précédant à la différence que les périodes de déconfinement seront plus courtes.

De l’analyse de ces 3 cas possibles, il ressort que, quelle que soit l’évolution des événements, les activités en présentiel, quelle qu’en soit la nature, risquent d’être perturbées pendant encore plusieurs mois, le massage bien-être y compris.

Alors, que faire ?

Tout laisser tomber et changer de voie ?

Attendre la fin de la crise pour recommencer à travailler ?

Se lamenter sur les réseaux sociaux en critiquant la mondialisation, le gouvernement, la police et les pangolins ?

Pas vraiment.

Dans tout type de projet entrepreneurial, le maître mot, c’est l’adaptation.

Quels que soit les objectifs que l’on se fixe dans la vie, rares sont ceux que l’on atteint en suivant une ligne droite.

Il y a des imprévus avec lesquels il faut composer, il y a des ajustements à effectuer, de nouvelles méthodes à développer pour nous permettre de franchir les obstacles afin d’atteindre notre but.

Bien que chacun soit libre de faire ce qui lui chante, il me semble important de prendre un temps de réflexion et de faire un état de lieux précis de la situation.

  • A partir du 11 mai, il sera légalement possible de reprendre l’activité de massage bien-être.
  • On connait maintenant les modes de transmission et les moyens de limiter au maximum la contamination et la propagation du virus.
  • Il va falloir apprendre à vivre, pour un temps du moins, avec cette situation sanitaire.

Il va donc falloir faire preuve de flexibilité et de créativité pour mettre en place des solutions afin de reprendre (ou débuter) son activité dans de bonnes conditions et en toute sécurité.

Concrètement, c’est l’ensemble du parcours commercial qui est perturbé par la situation actuelle.

  • Les sites de référencement des praticiens bien-être (comme Balinéa, Groupon et consors) sont actuellement fermés
  • La prospection physique est compliquée compte tenu des restrictions de déplacement et des nombreux sites potentiellement partenaires (centres de bien-être, hôtels …) qui sont fermés.
  • L’accueil des clients qui, compte tenu de la situation sanitaire, va demander un certain nombre de précautions et protocoles à mettre en place.

Certaines fédérations (notamment la FFMBE et de celle de Shiatsu) ont commencé à émettre des prérogatives et des recommandations afin de pouvoir reprendre son activité dans des conditions de sécurité optimales.

J’ai donc repris ces diverses informations, y ai ajouté mes propres réflexions et vous en ai fait un petit condensé des bonnes pratiques à suivre pour la reprise de votre activité.

Au moment de la réservation :

Pour l’organisation de votre agenda de prise de rendez-vous, faites en sorte qu’il n’y ait pas d’utilisation de la salle d’attente, ni de croisement des clients.

Pour cela, il est nécessaire de respecter 30 à 45 mn de battement entre chaque séances.

Informez vos clients des mesures prises : en amont (sur votre site internet), durant la prise de rendez-vous et à l’accueil (notice, affiche…)

Consignes à donner au client :

• Port d’un masque obligatoire (demander au receveur de venir avec le sien ou avoir un stock pour sa clientèle),

• Apporter son stylo (en cas de règlement par chèque),

• Pas d’accompagnant à l’intérieur, sauf si le client est mineur.

‍Personnes à risque pour lesquelles il est préférable de refuser les prestations de massage :

  • Personnes ayant ressenti des symptômes fébriles dans les jours précédents la séance,
  • Personnes âgées de 70 ans et plus
  • Antécédents cardiovasculaires (hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral ou coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade III ou IV)
  • Diabète insulinodépendant non équilibré ou compliqué, cirrhose stade B
  • Pathologie chronique respiratoire
  • Insuffisance rénale chronique dialysée
  • Immunodépression
  • Cancer sous traitement
  • Obésité morbide (IMC > 40)

Durant la présence du client :

  • Ne pas serrer la main.
  • Demander à vos clients de se laver les mains dès l’entrée dans le cabinet ou la salle d’attente.
  • Inviter vos clients à éviter de toucher inutilement les objets et l’environnement.
  • Indiquer un lieu de déshabillage et un support pour poser les vêtements.

Pour le praticien :

  • Lavage des mains : en arrivant au cabinet, au moins toutes les heures, avant et après chaque séance.
  • Protection  du visage : éviter de se toucher le visage, utiliser un masque , régulièrement changé (ou nettoyé), possibilité de port de visière.  
  • Tenue  de travail : avoir une tenue spécifique pour travailler dans le  cabinet, et faire si possible un sas de déshabillement avant de rentrer  chez soi ou avoir des blouses à usage journalier pour éviter de transporter les microbes chez soi et éventuellement mettre une charlotte sur vos cheveux.

‍Mesures barrière en cabinet

  • Mettre du gel hydroalcoolique à la disposition du receveur à utiliser à son arrivée et à son départ.
  • Vider la salle d’attente des objets et meubles inutiles, ainsi que des magazines, flyers et publicités.
  • Construire un parcours sécurisé pour le client, qui ne passe que par des zones et ameublements facilement désinfectables.
  • Changement des protections (serviettes, draps d’examen jetables…) entre chaque séance.
  • Mettre une alèse imperméable (désinfectable) sur le futon ou la table.
  • Désinfection de la table de massage, avec un soin particulier pour la têtière (utiliser un produit désinfectant et fongicide de qualité médicale, même si vous utilisez des draps jetables).
  • Lavage du linge à plus de 60°, en cycle long (plus de 60 mn).
  • Gestion sécurisée des déchets du cabinet (masques, housses jetables) et séparer rigoureusement les fluxs linge propre / linge sale.
  • Aération de la pièce de travail après chaque séance.
  • Ménage chaque soir.

Durant le massage :

  • Comme d’habitude, le praticien se lave les mains et les avant-bras, scrupuleusement, juste avant le massage, puis juste après.
  • Le client conserve son masque durant tout le massage, y compris lorsque son visage est face têtière ou trou de table.
  • Éviter les mouvements conduisant le praticien à réduire la distance entre sa tête et le client (mobilisation corporelle corps à corps et tout geste trop technique).
  • Ne pas masser la tête et le visage.
  • Possibilité d’utiliser des gants jetables pour masser.

Après le massage :

  • S’assurer d’avoir le numéro de téléphone du client, pour pouvoir le prévenir si besoin de remonter une chaîne de transmission du virus.
  • Demander au client de prévenir s’il tombe malade ultérieurement.

Comment gérer le surcoût de ces mesures et l’après crise du Covid-19 ?

Il est évident que tout ceci n’est pas gratuit.

Entre le matériel dont il faut faire l’acquisition (masques, produits désinfectants) et le temps supplémentaire pris pour désinfecter les espaces de soins, cela nécessitera un investissement supplémentaire de votre part.

Libre à vous de moduler les tarifs de vos prestations (ou pas) afin d’absorber ces frais. Le tout étant de bien en informer vos clients, la transparence est toujours le meilleur choix.

Garder son objectif en tête et faire preuve de flexibilité.

A ce jour, personne ne peut dire avec certitude ce que nous réserve les prochaines semaines, les prochains mois.

Ce qui est certain en revanche, c’est qu’un jour la vie reprendra son cours normal.

Comme je le dis souvent au travers des articles du blog, la réussite d’une entreprise ne se mesure pas à des succès ponctuels, mais à sa capacité à s’adapter et survivre en temps de crise.

C’est une période stressante, et l’on a vite fait de perdre sa lucidité, se laisser submerger par ses émotions.

Il est donc important d’essayer de rester rationnel et de réfléchir à des stratégies pour le développement de son activité malgré ces conditions particulières.

Dans mon dernier article en rapport au massage face à la crise du coronavirus, je vous ai déjà présenté quelques pistes de réflexion à ce sujet, mais dans l’absolu, il y a un schéma simple à suivre :

  • Identifier les blocages / problèmes dus à la situation
  • Réfléchir à des solutions et protocoles les solutionnant
  • Les mettre en place
  • Analyser vos résultats
  • Confirmer / ajuster les solutions / en trouver des plus efficaces.

Ce schéma est à appliquer à chacune des facettes de votre activité :

  • Comment trouver des clients
  • Comment leur proposer vos services
  • Comment garantir leur satisfaction
  • Comment améliorer votre relation clientèle

Tout ce travail de réflexion et de mise en application vous permettra de reprendre le contrôle sur les évènements et de ne plus en être spectateur.

Ainsi, une fois la crise passée vous en sortirez plus fort, plus confiant et plus serein.

D’autres articles qui pourront vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.